L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

jeudi 23 mars 2017

Le Printemps #2


Il est arrivé !

Assurément, nous aimons tous au poulailler cette revue qui nous est envoyée au rythme des saisons!



Comme toujours de jolies histoires, des contes où la nature est reine, des illustrations inspirantes


 Toujours toutes nos rubriques fétiches

Travail manuel et cuisine en perspective

Chanson de saison

Notre prochaine poésie! J'ai décidé que chaque enfant en apprendrait une strophe seulement et nous la réciterions à 4 voix

J'apprécie vraiment cette revue que je trouve belle et très complète. J'y vois de nombreux échos à la pédagogie Charlotte Mason et une source d'application directe pour ma classe-maison.


Articles plus anciens 



Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec le Journal de Fanette et Filippin car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.



mercredi 22 mars 2017

Le Printemps #1



Le Printemps habite notre classe maison.
Nos promenades du matin sont parfois un peu plus longues car il y a beaucoup de nouvelles choses à observer, respirer, cueillir...Elles sont pour moi l'occasion d'apprendre aux enfants le nom des fleurs et des arbres, des termes de botanique, des insectes, de les aider à être plus précis dans leurs observations et leurs questionnements. C'est un accompagnement lent mais fructueux. Le résultat ne se verra pas immédiatement mais il est bien là.

Nous rencontrons davantage d'animaux au cours de nos promenades:grenouilles, crapauds, chevreuils, lièvres, sangliers, renards, oiseaux de proie et même l'autre matin, un jars au bord d'un étang! Le paradis pour les enfants!

De ce fait, les calendriers des premières fois et les carnets de nature se remplissent avec enthousiasme et nous devons y consacrer plus de temps.

 

certains n'ont pas jugé utile d'écouter les conseils de maman: faire sécher les fleurs avant...trop pressés qu'ils étaient...je crois qu'ils ont compris la leçon!




(je ne corrige pas très peu leur orthographe sur leurs carnets personnels et mon 5 ans me dicte ce qu'il souhaite écrire en commentaire de ses dessins)

Nos observations nous mènent aussi au poulailler: une de nos poule couve en ce moment, les enfants ont donc spontanément fait des recherches à propos des œufs de poules dans le livre de leçon de choses 
 

Nous consacrons davantage de temps au jardin et aux plantations. Les enfants passent encore plus de temps dehors.

De belles leçons de choses également en perspective dans le cadre de la classe-maison...vraiment, que j'aime cette saison !





Anciens billets pour compléter



vendredi 3 mars 2017

Notre bloc de leçons


Après le bloc des entraînements, nous poursuivons notre matinée par le bloc des leçons. Chaque enfant a là encore son programme bien à lui noté sur son cahier de programme.
Tous les jours (lundi/mardi/jeudi/vendredi), il devra faire 20 minutes de français, 20 minutes de mathématiques et 10 minutes de poésie dans l'ordre qu'il souhaite.


Robert Doisneau
En français:
J'aborde la grammaire/conjugaison/orthographe grammaticale selon une progression que j'ai imaginée pour tout le cycle 2-3-4 (CE1 à 6ème incluse) et guidée par un objectif : l'étude de la langue au service de l'écrit personnel. De quoi l'enfant a-t-il besoin pour écrire correctement?
Je n'ai plus donc qu'à suivre mon enchaînement. Suivant la notion abordée je puise dans un support ou un autre. Mais la trame reste toujours la même pour chaque notion:
1. leçon 2. narration de la leçon 3.trace écrite 4. exercices oraux 5.exercices écrits
Ensuite la notion sera revue régulièrement dans le cadre des entraînements de la première partie de matinée.
La séance ne durant que 20 minutes, il nous faudra plusieurs séances pour arriver à bout d'une notion. Chaque jour l'enfant reprend donc là où il en est resté la veille. 


Résultat de recherche d'images pour "doisneau enfants"
Robert Doisneau
En maths
Nous avançons avec Singapour mais je fais du tri dans les exercices du fichier.
L'enfant prend donc son fichier et règle son minuteur sur 20 minutes. S'il s'agit d'une nouvelle notion, nous commencerons la séance par une leçon et une narration de la leçon avant qu'il ne commence ses exercices. Les autres jours, il poursuit la série d'exercices commencée la veille.
L'enfant m'appelle en cas de besoin et je passe de l'un à l'autre pour contrôler au fur et à mesure (histoire de ne pas rester sur une erreur) ou pour proposer un matériel en secours.
Volontairement certains exercices sont mis de côté : soit ils sont inutiles pour l'enfant, soit ils sont utilisés dans le cadre des entraînements.

Poésie
Tous les matins 10 minutes de poésie. Le travail de poésie complet est le suivant
1. Je présente et lis la poésie à voix haute, nous en discutons
2. Elle est collée dans le cahier (ou je l'écris à la main)
3. Elle est mémorisée
4. Elle est illustrée
5. Elle est récitée devant tous
Chaque enfant avance donc de 10 minutes en 10 minutes jusqu'à parvenir à la récitation avec le ton et présentation de l'illustration.Là encore chaque enfant va à son rythme. L'un aura mémorisé plus rapidement, l'autre prendra sur son temps libre pour illustrer...Ils ont donc rarement à réciter leur poésie le même jour!





jeudi 2 mars 2017

Le mot du jour

Comme exposé dans le billet précédent, dans notre bloc d’entraînements nous avons le mot du jour (10 minutes).
Suivant les âges, les enfants ont une ou deux séances de mot du dictionnaire et 2 ou 3 séances de mots invariables.


le mot du dictionnaire : en 10 minutes, l'enfant pioche un mot dans la boite et le cherche dans le dictionnaire. Il doit ensuite:
- pour la plus jeune : venir me dire ce qu'il signifie, me l'épeler. Puis il le note dans son cahier de vocabulaire.
- pour mes deux plus grands : inventer une phrase avec ce mot et l'écrire dans leur cahier de vocabulaire. 
Régulièrement, nous utilisons ces séances pour faire des petits rappels des mots déjà croiser uniquement en ce qui concerne le sens. L'orthographe n'est pas en effet mon objectif avec cet exercice, mais bien le dictionnaire, l'enrichissement du vocabulaire, et le plaisir de jouer avec les mots.
Pour connaitre ma liste de mots : click. (Les mots sont toujours les mêmes mais nous utilisons un cahier à présent et plus les feuilles à remplir).


Les mots invariables: les autres matins, les enfants travaillent les listes de mots invariables. Ils sont appris suivant les enfants de 5 en 5 ou de 10 en 10.
- tout d'abord il relit à voix basse les listes précédentes,
- ensuite, il copie les mots du jour dans son cahier des mots,
- je vérifie d'un coup d’œil que les mots ont été copiés sans erreurs.
- puis il les mémorise,
- il revoit également les mots qu'il n'a pas su écrire précédemment (ils ont un point rouge)
- enfin, je lui dicte les mots du jour ainsi que les points rouges. Au moment de la dictée sur l'ardoise je suis assise à côté de l'enfant, je mets un point vert au mot bien écrit et un point rouge au mot mal écrit sur son cahier des mots. les mots mal orthographiés sont tout de suite effacés de l'ardoise pour ne pas retenir la mauvaise orthographe.




Toutes les 10 listes, nous faisons une grande dictée de mots sur le cahier de dictée. S'il y a plus de deux erreurs, nous revoyons ces listes avant de passer à la liste suivante.
Dans ce cahier, l'enfant écrit aussi les mots de dictée qu'il n'est pas parvenu à orthographier, certains mots d'expression écrite que je lui signale, si bien que chaque cahier est unique.

Pour télécharger ma liste de mots invariables: click


Des billets plus anciens

mercredi 1 mars 2017

Notre bloc des entrainements

Il me semblait avoir déjà écrit à ce sujet mais je ne retrouve pas de billets publiés sur nos entraînements. Comme la question m'a été posée il y a peu, j'y réponds. J'espère que ce n'est pas une répétition, sinon, pardon pour la redite.


Tous les matins (sauf le mercredi), après notre demie-heure de promenade, nous commençons par un bloc d’entraînements. C'est une routine à laquelle je tiens beaucoup car elle permet d'ancrer simplement et rapidement les notions étudiées. C'est aussi ce qu'on maintient quoiqu'il arrive. Avec ce bloc, même si le jour est "un jour sans", nous aurons tout de même avancé.

Des séances très courtes
Nos séances s’enchaînent de 10 minutes en 10 minutes. Cela donne un bloc d'une heure dix très rythmé. Le minuteur est notre ami.


L'ordre choisi par l'enfant
L'enfant a le contenu inscrit dans son cahier de programme. Il choisit en revanche l'ordre dans lequel enchaîner les séances. Le tout est d'arriver au bout.

Les entraînements
- mot du jour
- calcul mental
- recopie
- phrase du jour
- problème du jour
- verbe du jour ou écriture
- opération du jour

Le mot du jour
Suivant le jour de la semaine, les enfants ont soit à chercher un mot dans le dictionnaire (cahier de vocabulaire) soit apprendre des mots invariables (cahier des mots).Dans un prochain billet, je détaillerai comment se passent ces séances.
Le calcul mental
lundi : dictée de nombres
mardi : tables de multiplication
jeudi et vendredi : calcul rapide
(cahier des entraînements de mathématiques)
Recopie
Expliquée dans ce billet (cahier de recopie)
Phrase du jour
Une phrase, une consigne d'analyse grammaticale. J'essaie en général de garder une même notion ou consigne sur la semaine. Par exemple, toute une semaine les enfants auront à identifier les COD de la phrases, une autre semaine faire une transposition au pluriel etc...
(cahier des entraînements de français)
Problème du jour
Un problème à résoudre tous les matins qui reprend des notions déjà connues et étudiées en leçon. Suivant mon humeur, ils sont pris dans le manuel Singapour ou dans le fichier ou encore sur internet, parfois à résoudre seul, parfois des problèmes ouverts à résoudre à plusieurs.
(cahier des entraînements de mathématiques)
Verbe du jour ou écriture
Pour mes plus grands (CM) je donne un temps, un verbe qu'il faut conjuguer ensemble au tableau/oralement puis l'écrire sur le cahier. Le lendemain sur cette même séance, je le dicte. Enfin certaines de ces séances sont consacrées à des rebrassage des conjugaisons déjà notées oralement ou par écrit ou sous forme de jeu.(cahier de conjugaison)
Pour ma plus jeune (CE1), elle n'a pas encore de verbe à conjuguer de manière régulière mais a une séance d'écriture. Une lettre minuscule+ majuscule à travailler+une frise à terminer et à colorier. Elle fait ce qu'elle peut en 10 minutes et poursuit le lendemain  et ainsi de suite. Il n'y a pas d'exigence de contenu à faire en 10 minutes. Elle prend le temps qu'il lui est nécessaire peu m'importe que la lettre soit travaillée sur plusieurs séances. (cahier d'écriture)
Opération du jour
Chaque jour, une opération à poser, à effectuer puis à vérifier à la calculatrice. (cahier des entraînements de mathématiques)

Ce bloc nous prend environ 1h10. Bien entendu, comme toujours, j'adapte mes demandes en fonction des enfants : niveau, degré de fatigue, maîtrise de la notion ou non, du retard de la veille etc...
J'ai observé que cette routine était très profitable aux enfants. La régularité et la répétition sont très efficaces dans les apprentissages et les séances n'étant que de 10 minutes à chaque fois, nous coupons court à la lassitude, l'ennui, la fatigue ou les grognements.


Résultat de recherche d'images pour "fifi brindacier à l'école"


mardi 28 février 2017

Comme à l'école...

Résultat de recherche d'images pour "robert doisneau écoliers"


Tu es enseignante= forcément tu fais comme à l'école(=tu n'auras jamais de problème avec l'inspection)...hum...
Si c'est pour faire comme à l'école...autant les y laisser plutôt que de faire l'IEF...hum hum...
Tu as un tableau noir, des cahiers, un emploi du temps, c'est quoi la différence avec l'école?Quel intérêt pour tes enfants, les pauvres...hum, hum, hum...gloups...

Mais oui, mais oui, je suis maîtresse d'école...je suis une grande nostalgique de l'école de grand-papa. Alors j'ai gardé mes enfants à la maison. J'ai mis un tableau noir, je leur ai donné des cahiers. Ils écrivent à la plume et lorsqu'ils désobéissent je leur tape sur les doigts avec ma règle, je leur fais porter un bonnet d'âne, je les mets au coin, ils font des lignes. Pour obtenir le calme, je me promène dans ma salle de classe-maison installée pour l'occasion, avec une badine en bois. N'est pas maîtresse qui veut!

STOP!

RAS-LE-BOL DES RACCOURCIS ET DES CARICATURES!

Je suis enseignante, professeur des écoles, en effet. Quel mal y-a-t-il à cela? Pourquoi faut-il que cela me soit resservi avec condescendance, dégoût, moquerie dès que l'occasion s'en présente? Je n'ai pas honte d'être professeur des écoles. Je n'ai aucune raison de l'être, donc je ne le cache pas, je n'avance pas masquée. C'est un très beau métier! Cela signifie-t-il pour autant que je fais l'école à la maison pour moi? Pour me faire plaisir? Pour exercer mon métier comme je l'entends? Bien sûr que non!
Les choses ne se sont pas déroulées dans cet ordre-là. Parce que j'aime les enfants, parce que j'aime la pédagogie, la transmission, parce que j'aime enseigner, j'ai voulu un jour passer le concours d'instit. L'amour de l'enseignement et de l'enfant a précédé la fonction. Il est le moteur et la motivation et non l'inverse! Puis j'ai mis cet amour et cette aptitude (car je pense avoir été "faite pour ça") au service de mes enfants. Je n'ai pas gardé mes enfants à la maison pour jouer à l'école.
En effet, je transmets, j'enseigne, je fais classe, je pédagogise (attention, appellation déposée) comme à l'école...

Afficher l'image d'origine
Robert Doisneau
Comme à l'école de grand-papa, j'ai un tableau noir avec des craies. Je déteste les tableaux blancs avec des feutres. Ça me ferait respirer des cochonneries toute la journée, ça s'altère avec le temps, les feutres s'usent, c'est anti-écologique au possible!Mon tableau, je peux le repeindre. Les craies ne coûtent rien et durent...durent...les chiffons se lavent...et je préfère respirer la poussière de craie...
J'ai un tableau parce qu'on n'a pas fait mieux pour expliquer à plusieurs enfants en même temps la même notion. Parce que l'enfant à la traîne étourdi peut s'y reporter au moment de faire un travail sans déranger les autres. Parce que sur un seul support, je peux y inscrire pour tous la date en lettre, en abrégé, la vertu du mois, le numéro de la semaine. Parce que nous pouvons y dessiner. Parce que les enfants peuvent s'en servir de brouillon sans gaspillage de papier. Je n'ai pas un tableau noir pour faire comme l'école, j'ai un tableau noir, parce que mon bon sens me guide:c'est pratique, économique, écologique. Ici point de tableau blanc et encore moins de tableau numérique ni de tablettes.

Afficher l'image d'origine
Comme à l'école de grand-papa, les enfants écrivent au stylo-plume. Parce que cela fait travailler la belle écriture, parce que ça s'efface, parce que ça se recharge, parce que c'est solide et durable, parce que les enfants aiment leurs stylos-plume. Mais comme nous sommes modernes, nous n'utilisons pas de porte-plumes et nous avons aussi des stylo-feutres effaçables pour le rouge, le vert et le noir. Les enfants n'utilisent pas de stylo-plumes parce que leur mère est un tyran nostalgique mais parce qu'ils ont essayé et l'ont adopté.

Afficher l'image d'origine
Comme à l'école de grand-papa, les enfants écrivent dans des petits cahiers. Ils ont même pour tout! Rédaction, préparation de dictées, dictées, conjugaison, vocabulaire, sciences, cartographie, histoire des arts, géographie, recopie etc...parce qu'encore une fois, c'est adapté, c'est pratique et c'est économique (acheté par lots). Ils aiment leurs cahiers, ils sont fiers d'y voir le travail avancer, ils les illustrent, ils les lisent. Ils ont des petits cahiers de 48 pages parce que c'est adapté à leur poignet et à leur construction de l'espace;ils s'y repèrent plus facilement qu'avec des classeurs.

Afficher l'image d'origine
Robert Doisneau
Comme à l'école de grand-papa, les enfants ont des horaires, un emploi du temps, un programme adapté et écoutent les leçons de la maîtresse. Oui, pauvres enfants! Ils ont des horaires, ils ne font pas comme ils veulent quand ils veulent. Ils ne se lèvent pas à 10h tous les matins. Ils ont du travail à faire chaque jour et ils ne décident pas des contenus des apprentissages. Ils ont dû apprendre à lire avant 8 ans parce que je leur ai imposé. Oui, je sais c'est douloureux, pauvres enfants, je suis tyrannique!Leur apprendre peu à peu à structurer le temps, à structurer leur journées, à gérer les contraintes, à vivre en société, à persévérer, à suivre des règles de vie en collectivité, à rendre service gratuitement, à surmonter la difficulté, à hiérarchiser ses priorités, à fournir des efforts, à travailler, à dépasser l'ennui...bref, horrible pour eux!Hein? Les aider à grandir et à se construire, les éduquer...non mais quelle idée?! Les enfants rechignent parfois à se mettre au travail mais ils ressortent en général contents de leur journée. Ils ont appris des choses nouvelles, dont ils ignoraient souvent l'existence avant que je le leur en impose l'étude. Leur cerveau est stimulé, vivifié, nourri. Le rythme imposé leur permet de répondre à leur besoin d'apprendre, de comprendre, de réfléchir, de terminer en ayant le sentiment d'avoir eu une journée bien remplie. Ils aiment que maman leur explique les choses "parce qu'elle explique bien" et parce qu'ils peuvent poser des questions et obtenir des réponses, ils peuvent discuter, échanger. La véritable interaction est celle-ci pas celle d'un écran!

Pourtant ce n'est pas vraiment l'école...nous n'avons pas de salle de classe, nous travaillons dans la salle à manger autour de la table. Mais aussi dans le jardin, dans le salon, dans la cuisine...tout a été organisé pour être nomade.
 
 


Pourtant ce n'est pas vraiment l'école... les enfants ne m'appellent pas maîtresse et ne me voient jamais comme telle. Je suis leur maman. Je leur apprends à faire leurs lacets, à faire la cuisine et à conjuguer à l'imparfait. J'apprends avec eux et je leur dis plusieurs fois par semaine que je ne sais pas mais que je sais où nous pourrons peut être trouver la réponse.

Pourtant ce n'est pas vraiment l'école...les enfants ont des contraintes, des horaires et un programme imposé, mais ils peuvent en partie en choisir l'ordre d'exécution. Je reste à leur écoute, je les observe et je tiens compte de ce qu'ils me disent. Nous avons des "journées sans" en nombre, des apprentissages impromptus, des changements de programme fréquents, des sorties, des visites etc....Leur rythme est respecté mais je veille aussi à les faire progresser, à s'améliorer:l'enfant lent, apprendra peu à peu, parfois sous la contrainte, mais toujours en douceur à gagner en rapidité. L'enfant trop rapide, apprendra peu à peu de la même manière à se poser, à prendre le temps de réfléchir pour mieux répondre. L'enfant qui a besoin de plus de temps pour assimiler une notion, de plus d'exercices pour que l'automatisme se mette en place, aura ce temps.

Pourtant ce n'est pas vraiment l'école...l'emploi du temps change en fonction de ce que j'observe des enfants, de leurs besoins, des miens, des saisons, de la fatigue, des âges et des niveaux. L'emploi du temps et les progressions ont été conçus d'après mes observations de leurs besoins. Je suis partie des enfants tout en veillant à ce qu'ils progressent et avancent tout au long de l'année, que les acquisitions se fassent non pas en conformité avec les programmes de l'EN mais disons en proximité.

Pourtant ce n'est pas vraiment l'école...la classe et la maison se confondent;de nombreuses acquisitions ne font l'objet d'aucune trace écrite, aucun exercice, aucun tableau, schéma, fiche. Nous ne faisons pas d'anglais en primaire. Nous n'utilisons presque pas la calculatrice, peu l'ordinateur. Nous étudions l'histoire de façon chronologique et non spiralaire, nos lectures ne sont pas du tout celles de l'école, la géographie n'a rien à voir avec les programmes de l'EN, nous faisons des leçons de choses, nous utilisons des manuels des années 50, nous faisons de l'analyse grammaticale et pour nous le prédicat n'existe pas.

Pourtant ce n'est pas vraiment l'école...les enfants passent beaucoup de temps dehors, dans la nature. Ils observent et expérimentent plusieurs heures par jour, par tous les temps.

Alors, oui, mes enfants sont instruits de façon relativement formelle, comme à l'école. Mais non, ce n'est pas comme à l'école, parce que la mise en oeuvre de cette instruction est très différente
Mes enfants ne sont pas martyrisés. Mes enfants ne veulent surtout pas aller à l'école! Instinctivement, ils savent, eux, que ce que je leur propose est très différent! 
Aucune école ne pourra jamais proposer ce degré d'individualisation. Aucune école ne pourra jamais proposer  une telle adaptabilité. Aucune école ne pourra jamais proposer autant de temps dans les bois et les champs. Aucune école ne pourra jamais laisser autant de temps au temps.
 
 

 
 







lundi 27 février 2017

Lire l'heure

Cette Merepoule est une maniaque ...encore et toujours Usborne! Il s'agit cette fois d'apprendre à lire l'heure...je ne ferai pas de longs discours cette fois car les images parlent d'elles-mêmes. 
Comme pour les fractions, nous retrouvons un livre bien rigide, avec des petits volets à soulever partout, une approche complète de la notion, un solution peu coûteuse (11,50€) pour remplacer du matériel concret, des enfants enthousiastes...! Que demander de plus ?

 



 


Ce billet s'inscrit dans la cadre d'un partenariat que j'ai choisi de développer avec les Editions Usborne car je trouve que leurs produits sont bien faits et bien adaptés à l'Instruction En Famille.