L'Instruction en Famille Nombreuse est une Aventure Formidable !

Aucune des photos mises sur ce blog n'est libre de droit. Je vous prie donc d'en tenir compte et de vous abstenir de toute copie ou téléchargement sans mon autorisation
.

vendredi 19 décembre 2014

mardi 16 décembre 2014

Simplification

Le problème avec les grandes-grandes maisons, c'est le chauffage...enfin tout dépend, évidemment de ses moyens !
Il fallait se rendre à l'évidence, il y a des pièces qu'il faut fermer en hiver...!! Et même comme ça, même avec 17°, la facture va être salée...!

Le choix n'a pas pris longtemps : démanteler la salle de classe. Plus de salle de classe : une petite révolution ici, où nous en avons eu une pendant 8 ans ! Mais bizarrement, cela ne nous a posé aucun problème...Mon avancée d'abord avec John Holt et le unschooling puis avec Charlotte Mason a permis cette démarche de simplification volontaire qui s'inscrit d'ailleurs dans une démarche plus globale de sobriété heureuse.
Notre classe est devenue nomade tantôt dans la salle à manger, tantôt dans la cuisine, le petit salon, le jardin etc...
Chacun possède un petit chariot avec le nécessaire pour tous les jours

un pour Ambroise, un pour Marthe, un que se partagent pour l'instant Gabrielle et Hippolyte et un pour les outils, les fournitures, les lectures offertes et mon classeur.

Le reste de la documentation est rangé différemment : 
- les livres ont été répartis dans les chambres des enfants- si bien qu'ils les lisent maintenant!
- les cartes de France et du monde sont affichées dans les toilettes
- le reste du matériel purement scolaire, le peu que nous ayons gardé (surtout des manuels et des photocopiables), le microscope, le globe etc...est rangé sur deux séries d'étagères cachées dans un petit couloir au 1er étage.
- le coin peinture a trouvé une petite place dans la cuisine. Nous utilisons à présent la table de la cuisine pour dessiner et si un enfant veut dessiner pendant que je cuisine, il se met sur la petite table dans le coin

- les petites tables et chaises ont été réparties dans les chambres. Quelle joie de pouvoir s'installer pour lire ou jouer à la dînette !
- la frise mensuelle est affichée dans la cuisine, dans l'encadrement de la porte, les enfants mettent la gomette au moment de prendre le petit déj 



Il nous manque pour l'instant un tableau- que j'envisage sur roulettes- mais pour l'instant nous utilisons les ardoises-feutres-chiffons.

Tout le poulailler est enchanté de cette nouvelle organisation ! Il m'a fallu une semaine pour installer la salle de classe à la rentrée et pas moins pour la démanteler !!!

Libres

photo tirée de Kaizen magazine

dimanche 7 décembre 2014

samedi 6 décembre 2014

En attendant Noël

En attendant Noël , toutes sortes d'activités et de bricolages sont possibles. Pour ma part, cette année, à part le calendrier de l'Avent, nous ne faisons pas grand chose...le manque de temps notamment et le retard accumulé au démarrage dans les apprentissages ont eu raison de mes bonnes intentions !

La dynamique de travail est maintenant bien en place, les enfants sont bien, avancent bien et avec enthousiasme, les modifications d'organisation mises en place après la Toussaint sont intégrées et portent du fruit, je ne veux surtout pas prendre le risque de tout casser. Les vacances vont s'en charger ! (j'ai remarqué que les vacances avaient cet effet à la reprise...)
J'avance dans la connaissance de Charlotte Mason et je mets en place par étape (comprenez j'ajoute des tâches quotidiennes aux enfants, petit à petit quand le reste est bien huilé) les nouveautés ; quand je les sens prêts et que mes finances permettent quelques achats utiles (livres, outillages, microscope etc...)

Pour se mettre un peu dans l'ambiance de Noël, je m'appuie cette année sur les supports proposés par l'association Carpe Diem (une fois de plus !) qui propose en téléchargement gratuit un petit lapbook sur Noël et un autre sur la galette des rois et sur le livret de Noël proposé par Laure sur son blog Les Petits homeschoolers (merci Laure !)

Petit truc tout simple mais qui a son importance : j'ai simplement changé le fond d'écran de l'ordinateur : une belle photo de sapins lumineux pour nous mettre dans l'ambiance petits et grands, à chaque fois, que nous devons nous mettre devant l'écran !

photo trouvée sur www.les-photos-gratuites.net


Bien entendu, nous avons aussi décoré la maison, fait la crèche, descendu et posé la nappe de Noël...il ne reste plus que le sapin qui devrait arriver prochainement. Mais tout ceci se fait le week-end afin d'y associer les aînés scolarisés.

Bon week-end de l'Avent !

vendredi 5 décembre 2014

Louis IX #2

Chaque matin, je lis aux enfants un passage de la vie d'un saint. Au mois d'octobre nous avons donc découvert l'histoire de Saint Louis, et à travers elle, un petit bout d'histoire de France ; devenue par ce biais très vivante et très enthousiasmante pour les poulets. 




A la suite de cette lecture du matin, je prends maintenant 5 minutes pour que les enfants me restituent ce qu'ils ont retenu du passage lu.

















Dans le prolongement de cette lecture, nous sommes allés hier au Château d'Angers voir une exposition qui lui est consacrée


C'est une petite exposition, il y a peu de choses mais finalement bien suffisamment pour les enfants qui ont pu réellement apprécier ce qu'ils y ont vu parce qu'ils connaissaient déjà l'histoire de ce grand roi. Un moment d'émotion pour eux devant le reliquaire de la Sainte Croix et la relique du manteau de Saint Louis ! Pour moi, le fait d'avoir lu avec eux l'histoire de Louis IX m'a permis de les guider dans la visite sans blancs ni hésitations et donc capter leur intérêt de bout en bout de la visite.




Comme à leur habitude, les enfants ont ramené leurs tickets, dépliants et documents offerts pour compléter leur cahier de voyage.

vendredi 28 novembre 2014

Charlotte Mason

J'évoquais dans un billet ma découverte de la pédagogie proposée par Charlotte Mason. Elle mérite qu'on s'y arrête et qu'on l'approfondisse. Elle est, pour ce que j'en ai déjà découvert, assez compatible avec celle développée par Maria Montessori. 
Je n'insisterai de toute façon jamais assez sur l'importance de croiser les pédagogies, de les digérer pour les faire siennes et les adapter aux besoins individuels. Mais comprendre Charlotte Mason quand on est française et qu'on n'adore pas lire l'anglais dans le texte...c'est difficile... Et puis est sorti :

La pédagogie Charlotte Mason

un e-book en vente sur amazon ...je n'aime pas beaucoup les e-books; je préfère les versions papier...mais là j'ai craqué et je ne regrette pas mon choix (même si j'aimerais bien une version papier...). Un grand merci à son auteur, une copinaute qui m'a fait découvrir cette formidable pédagogie !

Passer une consigne

La passation de consigne est un moment essentiel dans le travail de l'enfant. Avant de le lancer dans un exercice, on se doit de toujours vérifier que l'enfant a bien compris ce qu'il fallait faire. Il est inutile de le mettre en situation d'échec et de le laisser passer du temps, de l'énergie et de la concentration sur un exercice qu'il n'aura pas su gérer convenablement.
Par ailleurs, on peut alors avoir la tentation de penser que l'enfant ne maîtrise pas la notion en jeu dans l'exercice alors qu'il n'a peut être simplement pas compris la consigne....! ! Il arrive bien souvent qu'un enfant ne puisse pas répondre à un problème de mathématiques parce qu'il n'a pas compris un mot ou deux dans l'énoncé (parfois même simplement un nom ou un prénom qu'il ne connait pas!)...ce n'est pas alors la notion de maths à proprement parler qui le met en difficulté mais bien un problème de langue.

photo extraite de ce site


Comme pour la mémorisation, les enfants n'ont pas tous le même fonctionnement pour la compréhension d'un intitulé d'exercice.

1) Faire lire la consigne à l'enfant et en même temps qu'il la lit, l'écrire au tableau. Ainsi il peut s'y référer au cours du travail. De plus, certains enfants (comme moi) ont besoin de visualiser, une consigne orale ne leur suffisant pas.

2) Demander à l'enfant d'expliquer ce qu'il faut faire avec ses propres mots (ou de donner un exemple s'il préfère)
3) Lui faire faire oralement l'exercice avec un exemple ou la première question pour s'assurer qu'il a bien compris.
4) Lui rappeler les règles en vigueur pour la présentation d'un travail écrit (souligner, couleur, marge etc...). On peut d'ailleurs écrire l'exemple du point 3) au tableau en présentant comme sur le cahier ou classeur de l'enfant.
5) L'enfant peut se lancer en sécurité dans son travail.


Au préalable, il peut être nécessaire de travailler avec l'enfant la compréhension de consignes en général. Il s'agit d'un objectif transversal mais essentiel dans la construction de la pensée et du raisonnement de l'enfant.


1) Faire dégager oralement (tout en respectant les points 1 à 4 ci dessus) les mots importants de la consignes, les mots qui disent ce qu'il faut faire (écrire, copier, souligner, entourer etc...)
2) Faire dégager les étapes du travail à effectuer s'il y a plusieurs étapes.
3) Lui faire remarquer les petits pièges du style "attention, ils ont bien signalé de tracer 3 droites par le point A pas 5 ou 6 même si c'est possible".
4) Lui faire observer finement l'exemple proposé et ce qu'il faut en conclure pour son travail à lui. C'est souvent le cas pour les exercices de transformation  ou de réécriture. Attirer son attention pour qu'il n'oublie rien dans le passage avant-après.
5) Lui faire faire alors l'exercice à l'oral en commentant ce qu'il ferait à l'écrit (je vais entourer celui là en vert parce qu'il y a s etc...)

Il peut arriver qu'un enfant vous dise que "c'est bon, il a tout compris, pas besoin de toutes ces étapes"...dans ce cas laissez-le démarrer pendant que vous écrivez tout de même la consigne au tableau en soulignant les mots essentiels et puis venez jeter un œil sur la première réponse afin de rectifier tout de suite (présentation et/ou notion) avant de le laisser poursuivre.

Ces moments sont aussi l'occasion pour vous d'observer finement l'enfant et de déceler des points de difficultés pour lesquels vous pourrez mettre en place des outils de remédiation.

Article collecté pour les "tutoriels" du Collectif l'Ecole est la Maison

Je réponds

"Quels supports utilises-tu pour l'étude de la langue ?"


Comme tu le sais, les enfants ont depuis la Toussaint un un planning hebdomadaire  à suivre. Il y est donc indiqué qu'ils doivent avoir une séance d'étude de la langue tous les matins (soit 4 matins/semaine): 
- 3 séances doivent se faire en mode "grande leçon avec maman+exercices oraux et/ou écrits" avec comme support ce manuel :
manuel de La librairie des écoles

Comme je limite au maximum les photocopies, les fiches et les exercices à trous, je sélectionne très soigneusement le travail à faire à l'écrit et celui à faire à l'oral ou au tableau. Mes prochaines acquisitions pour optimiser ces séances seront le livre du maître qui est très bien fait et est une vraie aide et une ardoise pour chaque enfant pour accompagner le travail oral. Je reviens aussi toujours oralement sur la leçon précédente avant de poursuivre avec des petites questions orales.
Je n'ai donc pas de jours programmés pour la grammaire ou la conjugaison etc... Puisque je suis simplement la progression du livre qui se fait par semaine. (tu peux feuilleter sur le site pour comprendre ce que je veux dire).

-1 séance doit se faire dans le fichier d'orthographe. Nous avons commencé avec celui de CE1 car je trouvais que (bien qu'ayant fait nombre de dictées...voir mon billet à ce sujet !) les bases n'étaient pas bien solides. Et on ne construit pas une maison sans fondations !
fichier de La Librairie des écoles quand celui-ci sera terminé, nous passerons au suivant
Je trouve ces fichiers très bien faits. Au bout de la double page, ils sont à l'aise avec la notion. Ils aiment beaucoup travailler dans ce petit fichier. C'est d'ailleurs une collection que j'utilise pour la géométrie. Il y a la quantité nécessaire et suffisante pour l'acquisition.

Parallèlement à cela, nous reprendrons dans quelques temps (sans doute après Noël):
- le mot du jour à piocher et à chercher dans le dictionnaire, avec des petits concours sous forme de jeu tous les 10 mots environ
- la phrase à analyser tous les jours
- le cahier de conjugaison à compléter toutes les semaines

Dès à présent les règles à retenir sont copiées dans le cahier-outil de français. Ainsi je peux rediriger l'enfant vers une règle pour pouvoir se corriger.

Une petite acquisition dernièrement m'a permis de modifier un peu mon approche des règles à copier et apprendre : le dessin va maintenant faire aussi partie du cahier-outil. Dans ce manuel chaque règle est illustrée par un dessin puis suivie d'exercices variés. Ce qui m’intéresse ici c'est l'approche par le dessin qui rend le travail moins ingrat d'une part et aide à mémoriser pour certains enfants. Les exercices de la Librairie des écoles étant suffisants pour l'application des règles. 
Un exemple simpliste pour bien me faire comprendre : un garçon dessiné puis plusieurs garçons dessinés et en dessous écrit en gros sous chacun des dessins: un garçon - des garçons. Et encore en dessous, en gras : en général, on ajoute un S pour mettre un nom au pluriel.


A ce travail s'ajoutent bien entendu tous les travaux d'écriture dans les autres matières, qu'ils soient spontanés, informels ou dans le cadre de la classe (résumés, commentaires, courriers, légendes de dessin, invitation, jeux de leur invention etc...) et qui nécessitent des réflexions et des ajustements. C'est dans ces moments que les enfants comprennent concrètement à quoi leur sert d'étudier leur propre langue et mettent (ou essaient) en application ce qu'ils ont appris. 
Il y a également les rédactions et le travail de brouillon-correction qui pour l'instant est très informel au poulailler mais comme d'autres choses, deviendra structuré après Noël. Je leur laisse le temps de s'approprier notre nouvelle façon de travailler, de gagner en rapidité et en organisation et de maîtriser des notions de langue justement, je constate d'ailleurs des progrès en orthographe depuis quelques temps donc je pense qu'après Noël, ce sera le bon moment.
Enfin, les séances de lecture permettent de travailler l'étude de la langue et pas seulement le vocabulaire. Les enfants ont à suivre dans la semaine 2 séances avec leur roman qui n'appelle aucun travail écrit ou d'étude de la langue quel qu'il soit et 2 séances avec un manuel de lecture suivies d'exercices écrits qui font travailler l'écriture et la bonne utilisation de la langue. Pour Ambroise, j'utilise celui-ci
que tu trouveras ici et que tu peux feuilleter pour avoir un aperçu des exercices proposés. Je n'ai pas trouvé, mis à part les manuels anciens, de qualité équivalente dans les manuels modernes des autres éditeurs.

Pour Marthe, qui a sauté son CE1, et qui est de ce fait moins à l'aise qu'Ambroise, j'utilise ce manuel ancien. Chaque double page de lecture est suivie de petits exercices d'étude la langue (travail d'un son, de précision de vocabulaire, de grammaire- de type passer la phrase au pluriel par exemple)
Printemps Au Moulin-Bleu de Picard M. Et Jughon, B.
Enfin, pour rendre le travail de la langue moins ingrat, je soigne l'approche de la notion avec du matériel, des petites devinettes, une alternance orale/écrit ou ardoise/cahier, des petits tickets de réponses, des applications au tableau, des petites pancartes à soulever (par exemple choisir on ou ont) etc...

Et pour terminer, lorsque mes enfants râlent en disant que "cela ne sert à rien d'étudier la langue puisqu'on sait déjà la parler", je réponds toujours "bien sûr que tu sais très bien la parler avec un vocabulaire très riche pour un enfant de ton âge mais tu ne sais pas l'écrire correctement. C'est bien pour cela que l'étudions, pour que tu apprennes à écrire correctement ce que tu sais déjà dire et que les personnes à qui tu t'adresseras pas écrit (là, en général, je donne des exemples très précis) puissent te comprendre quand elles te lisent (là je parviens toujours à trouver un exemple récent d'écriture spontanée que j'ai eu des difficultés à déchiffrer parce que c'était très mal orthographié) ". Jusqu'à présent, cela a suffi à remotiver les troupes. Mais soyons honnêtes, avec ou sans leur motivation, nous ferons de l'étude la langue tous les matins tout de même. Ils savent que je me passerais de leur consentement s'il le fallait !

mercredi 26 novembre 2014

Ce moment


photo trouvée sur lepalantir.free.fr



" Papa, comment font les chevaux pour se déguiser en zèbres?"

Hippolyte, 3 ans1/2

Avant la nuit


C'est une bien jolie collection de livres écrits et illustrés dans un esprit parfaitement montessorien. Il s'adresse aux jeunes lecteurs.

couv avant la nuit image

Tout ce que j'aime : le vocabulaire est riche, le texte bien construit et les dessins très beaux. C'est simple et sans vulgarité.

P1080703

Ils sont en plus à mon sens exploitables en arts plastiques, langage, sciences....

P1080699

Voilà une idée de surprise de classe au bout de 30 jetons...!!

Vous trouverez cette petite merveille et les autres albums d'Ethel Ravidat sur ce lien :
éditions lilavril. J'ai un petit faible  pour "le jour dans l'étang"...A vous de me dire ce que vous en pensez.

vendredi 21 novembre 2014

L'escargot #1


Voilà un bel exemple d'apprentissage naturel : tout s'est fait sans moi ...! 

Tout est parti de ce numéro de La Petite Salamandre à laquelle nous sommes abonnés depuis plusieurs années: les poulets se sont replongés dedans il y a quelques semaines...



Et les voilà lancés dans un élevage d'escargots : ils ont cherché comment faire une cage, comment les nourrir, comment vit, dors, mange un escargot etc..., ils se sont constitués des petits livrets explicatifs (dans lesquels l'orthographe n'est pas la priorité...!). S'occuper des escargots occupe bien leur temps une fois la classe terminée!

Les voilà ensuite plongés dans des préparatifs : "maman, nous organiserons mercredi des activités pour faire connaitre l'escargot à toute la famille".

Qui dit organisation, dit préparatifs, listes de tâches...voici par exemple ce que j'ai retrouvé dans les affaires de P'tite Poulette : la liste des activités à proposer




Et voilà toute la famille lancée dans des ateliers préparés par P'tite Poulette  et Poulet dans les pièces du sous-sol
Table 1 : apprendre à nourrir les escargots, couper la salade et la donner aux escargots. Nous avons donc trouver sur une table salade, couteaux, planches à découper

Table 2 : créer une affiche autour de l'escargot. Sur cette table, les enfants avaient préparer des papiers de couleurs variée, gomettes, feutres, stylos, ciseaux. Et pour les plus nuls en dessin, Marthe avait prévu un petit mode d'emploi pour apprendre à dessiner les escargots !
 (se lit de bas en haut et de droite à gauche....!!)


mon affiche



celle de trèèès grande poulette

de Papa 


Hippolyte

Gabrielle utilisant avec application le mode d'emploi...!

pour un joli résultat !


celle de notre grand


Table 3 : fabriquer une cage à escargots avec mode d'emploi pour les moins dégourdis ! Ambroise dirigeait l'atelier et donnait matériel et explications.














Hier, Ambroise a voulu faire des sciences et devinez ce qu'il a croqué sur son carnet de sciences....???
Cette fois je lui ai proposé un livre de leçons de chose afin de pouvoir légender les dessins et approfondir ses connaissances sur l'escargot.
Maintenant les enfants réfléchissent à faire pousser des salades pour les nourrir...
La suite au prochain épisode...





mercredi 19 novembre 2014

Je réponds

Quelles sont les modalités d'acquisition des jetons ? Jusqu'à quel âge ?



Je ne mets pas de notes aux enfants mais chaque travail est soumis à un code couleur :
vert si la notion est acquise, la consigne respectée, pas d'erreurs
orange s'il apparaît que la notion est comprise mais qu'encore un peu d'entrainement est nécessaire
rouge quand ce n'est pas acquis

L'enfant note dans son petit cahier de suivi de son travail ce qu'il vient de faire
par exemple  :
maths                Méthode Singapour, fichier ex9

Et dans la troisième colonne, il trace un point de la couleur qu'il pense juste pour ce travail. A mon tour, je mets ma couleur. Parfois cela donne lieu à des échanges et des explications. Il arrive bien souvent d'ailleurs, que les enfants soient plus sévères que moi sur leur travail !

Pour les travaux recevant nos deux points verts, je remets un jeton. Il est intéressant d'observer chez mes enfants que 
- pour autant ils ne se mettent pas des points verts partout ! Ils sont très honnêtes avec leurs évaluations
- aussi surprenant que cela puisse paraître, ils ne s'engagent jamais dans un travail pour gagner un jeton. Dans leur quotidien, la récompense, pourtant réelle,  n'est pas leur moteur! 
Voilà qui vient contredire bien des propos sur le rapport à la récompense....

Il n'en demeure pas moins qu'ils sont ravis quand ils en reçoivent une, c'est à dire au bout de 30 jetons. La distribution des jetons se fait à la fin de la journée.

Les récompenses sont de nature diverses mais sont toujours "intelligentes":
un livre, des gommettes, du petit matériel de loisirs créatifs, une brochure documentaire, un petit jeu pour apprendre, un joli stylo pour bien écrire, un coloriage éducatif, etc...

J'utilise ce système durant tout le primaire. Au collège, je récompense l'année de travail entière en juin par une journée qui sort de l'ordinaire et un petit cadeau.

jeudi 13 novembre 2014

Organisation plus libre du travail

Ces derniers temps, plusieurs observations sur le travail des poulets et notre humeur à tous :
- l'humeur se dégrade un peu...
- les timings imaginés au départ ne sont pas respectés
- un grand besoin de vent de liberté, d'année "différente", "sabatique" se fait sentir...oui, l'informel ne m'a pas tout à fait quittée...(avec des nuances, hein, faudrait quand même pas exagérer...)
- les poulets ayant les mêmes activités mais ni les mêmes aptitudes ni les mêmes centres d'intérêt, sont toujours contraints de s'attendre pour poursuivre le reste du programme...C'est à dire que nous voilà exactement dans les contraintes de gestion de classe...!!!!!
- un grand besoin de passer plus de temps dehors chez tout le monde
- et Mère Poule qui-pour la première fois depuis bieennn longtemps- se sent un peu oppressée par les horaires à tenir et les contraintes d'organisation et la pensée inconsciente mais toujours présente du cequevadireetpenserlinspecteurquandilviendra...

BREF ! On prend les mêmes et on recommence ...!

l'organisation hebdomadaire (clic sur le titre pour voir le document)

Ce qui ne change pas :
- français-maths le matin: 1 séance de calcul mental, 1 leçon et/ou exercices de maths, 1 leçon et/ou exercices d'étude la langue, 1 séance de lecture à haute voix avec questions orales, 1 séance de poésie
- les matières d'éveil l'après-midi
- les notions estimées acquises et le travail bien fait (par eux et par moi) remportent toujours un jeton ; et il y a toujours une surprise au bout de 30 jetons.

Ce qui change :
- ils choisissent l'ordre dans ce cadre imposé. Il faut que les français-maths soient terminés pour passer à la suite.
- mercredi matin, tennis puis catéchisme uniquement
- ils sont libres de l'avancée des matières d'éveil. Je veillerai au grain pour qu'il n'y ait pas d'impasses trop longues dans certains domaines et qu'ils aillent au bout de ce qu'ils entreprennent.
- Je guide, je fournis les renseignements à la demande, je fais les leçons à la demande individuelle.
- ils cochent avec un feutre veleda et note dans leur cahier de programme ce qu'ils ont fait dans le détail
- Foisonnement et enthousiasme sont les objectifs recherchés !

mercredi 12 novembre 2014

Pourquoi j'ai aboli la dictée



Pendant des années, je me suis cramponnée à cette idée : la dictée, exercice indispensable pour progresser en orthographe...
Mes 3 aînés étaient inégaux devant l'orthographe. Pour un cela allait presque tout seul, pour les deux autres, il leur a fallu, notamment pour Guyonne, une persévérance et des efforts soutenus pendant tant d'années ! Des listes de mots à apprendre, des tonnes d'exercices d'entrainement, des dictées tous les jours pendant 6 ans, des corrections à recopier...Les résultats ont ils été à la hauteur de leurs efforts ? A l'évidence, NON ! Les difficultés se sont atténuées mais perdurent car en réalité l'évolution de leur orthographe n'a rien à voir avec les dictées ! 

L'expérience et l'observation m'ont amenée aux constats suivants : 
- l'acquisition de l'orthographe est tout d'abord très variable en fonction des enfants
- un enfant peut être bon lecteur et avoir une mauvaise maîtrise de l'orthographe
- il est en réalité prématuré de faire faire à un enfant une dictée alors qu'il ne maîtrise pas pleinement les règles de grammaire et de conjugaison.
- bien souvent, la dictée permet surtout de mémoriser ses fautes...
- une dictée mobilise beaucoup de compétences, supposant donc une réelle maturité de l'enfant
- l'orthographe de nombreux mots ne s'explique par aucune règle par conséquent l'enfant ne saura l'écrire convenablement qu'une fois qu'il aura lu, vu, écrit ce mot de nombreuses fois. Le temps est donc le préalable essentiel. Le temps de parler, le temps de lire, le temps de faire de la copie.
- le regard positif et plein de confiance que l'on porte à l'enfant est fondamental pour son orthographe future. Plus on s'inquiète, plus il souffre car il voit bien qu'il doit redoubler d'efforts pour nous faire plaisir et qu'il n'y parvient cependant pas.

Qu'ai-je décidé de faire pour l'orthographe de mes poulets ?
- Leur faire confiance
- Leur donner toutes les occasions de lire, lire, lire quelle que soit la matière.
- Provoquer les occasions d'écrire, écrire, écrire quelle que soit la matière (résumés de leçons, légendes de croquis, lapbooks, préparations d'exposés etc...)
- Par conséquent laisser une large place au transversal. On fait de l'orthographe tout le temps ! Pas seulement le temps d'une dictée. J'ai vu tellement d'enfants capables d'écrire une dictée sans faute mais incapables d'écrire un texte de 5 lignes sans fautes ! Or, dans la vraie vie, on rédige des textes, on ne fait pas de dictées !
- Supprimer l'usage de fiches de travail à remplir. Boucher des trous ne favorise pas la compréhension globale d'une phrase donc la bonne orthographe. Les enfants font moins d'exercices, mais ils les copient.
- Favoriser les exercices d'écriture inventée (rédaction, courrier, journal etc...). Leur donner le goût d'écrire et donc d'être lus et compris. Ce qui sous-entend la maîtrise de l'orthographe qui va s’acquérir peu à peu en travaillant la correction des brouillons. Le travail d'écriture d'invention suppose en préalable, une communication orale soignée (de ma part en premier lieu) pour enrichir le vocabulaire, structurer la pensée. En effet la lecture de l'enfant est facilitée si son registre de vocabulaire est étendu : il connait la plupart des mots qu'il rencontre dans un texte. De même il écrira en utilisant les mots qu'il connait et qu'il utilise oralement.
Favoriser l'expression orale : exposés, répondre à des questions orales de compréhension, compte-rendu de recherches etc...
- Privilégier les exercices de copie
- Travailler l'étude de la langue avec un bon manuel et des exercices variés : à l'oral, à l'écrit, avec du matériel, en mouvement, en action etc...Ainsi chacun puise, comprend, mémorise en fonction de lui et de sa mémoire.

Peu à peu l'orthographe se mettra en place, lentement mais sûrement